Comment réagir face à un MAM lors d’un trekking au Maroc

trekking

Les cas de MAM, mal aigu des montagnes, sont très nombreux. Chaque année, de nombreuses personnes décèdent pendant une montée en altitude, soit parce qu’elles étaient ignorantes de ce mal et ne savaient pas qu’elles en souffraient, soit parce qu’elles n’ont pas pris les précautions qui s’imposaient. Quand vous vous lancez dans un trekking au Maroc, surtout en altitude, vous devez vous informer à propos du mal aigu des montagnes qui peut vous atteindre à partir d’une certaine altitude, mais vous devez aussi savoir comment réagir en cas de complications. Vous pouvez déjà bénéficier de quelques informations utiles en visitant le site http://www.aventure-berbere.com/.

Connaître le mal aigu des montagnes.

Le mal aigu des montagnes en abrégé MAM est un mal dont on peut être victime lorsqu’on escalade une montagne. L’altitude seuil, pour pouvoir être sujet au MAM est généralement de 3500 mètres, elle peut être plus ou moins élevée, en fonction des personnes. Notez déjà que les adultes sont susceptibles d’attraper ce mal, autant que les enfants, il n’y a pas de réelle différence, surtout lorsque les enfants ont plus de 12 ans. Comment se manifeste le MAM lors d’un trekking au Maroc ? Tout d’abord, il faut savoir que le MAM se manifeste à trois niveaux : un niveau léger, un niveau moyen et un niveau élevé accompagné de graves complications. Le niveau léger se manifeste généralement par des maux de tête. À ce stade de la maladie, vous pouvez aisément la guérir en prenant du paracétamol ou de l’aspirine. Toutefois, ne négligez pas ces premiers symptômes, sinon cela pourrait devenir plus grave. Une fois les symptômes disparus, vous pouvez continuer de monter. Le deuxième niveau est un peu plus violent, il se manifeste, en plus des maux de tête, par des nausées, des vomissements, une fatigue anormale même au repos, et une perte d’appétit. À ce stade, vous pouvez emporter avec vous des médicaments appropriés que vous trouverez en pharmacie. Le mieux est d’arrêter complètement le trekking. Le dernier niveau est celui qui implique des complications graves comme l’œdème pulmonaire.

Il peut arriver que vous soyez victime d’un œdème pulmonaire pendant un trekking au Maroc. Ne vous alarmez pas, vous pouvez toujours vous en sortir, si vous adoptez la bonne attitude. Il est important de connaître les symptômes et de savoir comment réagir quand ils surviennent. L’œdème pulmonaire se caractérise par une présence de liquide. Ce liquide est en fait la filtration du plasma sanguin dans les poumons. Le liquide ainsi présent, diminue les échanges existant entre l’air que l’on respire et le sang. Cet œdème se manifeste par un essoufflement anormal au repos et durant l’effort, une toux sèche évolutive, un bleuissement des lèvres et des ongles, des bruits anormaux dans les poumons. À ce stade, la mort n’est plus très loin. Pas de panique, lorsque les premiers symptômes apparaissent, prenez des antibiotiques et redescendez, une infection pulmonaire se soigne mieux à basse altitude.